mercredi 27 septembre 2017

Ha...elle est belle l'histoire...

Cet article n'est pas de moi, je n'ai pas la compétence. Si "Mr le Goût" à une autre version, je prends car celle - ci est à gerber!

Mitterrand au gouvernement de Vichy....


Pendant la Collaboration, 14 ministres sur 18 étaient, ou socialistes, ou communistes, ou issus des syndicats de gauche…

1 Mai 2013

LE PAVE DANS LA MARE ! CAR J’EN AI MARRE !! 🙂 Un petit rappel à nos amis socialistes, communistes, CGTistes…
Collaboration et collabos pendant la 2e Guerre Mondiale : 14 des 18 ministres du gouvernement de Vichy étaient, ou socialistes, ou communistes, ou issus des syndicats de gauche 🙂 Dans tous les cas, d’obédience de gauche :
Eh oui, Laval (socialiste bon teint sorti tout droit de la SFIO, glorieux ancêtre de notre non moins glorieux PS :-), Marcel Déat (ministre du travail), Adrien Marquet (ministre de l’intérieur), Gaston Bergery, René Chateau, Paul Marion, Robert Jospin (père de Lionel), Angelo Tasca (père de Catherine), René Belin, Paul Faure, Georges Albertini, François Mitterand…
Quant à Jacques Doriot, ancien n°2 du PCF, il a simplement créé et dirigé la Division Charlemagne qui est allée aider l’armée nazie sur les fronts de l’Est…
La liste des « collabos de gauche » est très très longue, bien plus longue que celle des « résistants », notamment jusqu’à fin 1943, quand la victoire des alliés apparut inéluctable.
l y en a donc beaucoup au PS et au Front de Gauche qui feraient mieux de la fermer…
Tout cela est prouvé, archivé, connu des historiens mais il y a une énooorme chape de plomb des médias là-dessus…
Alors qui étaient les résistants ? Ben ceux de droite, souvent royalistes, attachés à la France, française et catholique : Jacques Renouvin, Honoré d’Estienne d’Orves, le colonel Rémy, de Benouville, l’abbé de Dartein, le duc de Choiseul Praslin, Chambrin, Moustier, de Lattre de Tassigny etc… ou encore le père de Mgr Lefebvre, René Lefebvre, torturé et assassiné au camp de concentration allemand de Sonnenburg, pour « faits de résistance » (transmission de documents sensibles entre France, Belgique et UK).
Quant aux « résistants » communistes, ils résistaient surtout contre le nazisme qui aurait, à coup sûr, éliminé le bolchevisme de France et d’Europe si les Allemands en étaient venus à l’emporter… Les communistes n’ont pas de patrie, n’ont pas de pays, n’ont pas de religion, ils n’ont qu’une idéologie internationaliste, un marxisme-léninisme ravageur…
2 belles expressions pour illustrer tout cela : « Communisme et nazisme, les deux branches radicales du socialisme » et « Le socialisme en chemise brune » 🙂
C’est aussi assez intéressant de lire l’apologie enflammée du socialisme que fait dans ses écrits et déclarations Joseph Goebbels, Responsable en chef de la propagande hitlérienne…
Tout aussi intéressant, les origines et l’idéologie socialistes du fascisme mussolinien…
Alors, M. Mélenchon ?? Et ce « petit » Pacte germano-soviétique, le Pacte Ribbentrop-Molotov, – signé donc entre le IIIe Reich et l’URSS, le 23 août 1939, à Moscou, au Kremlin, en présence de Staline, entre le ministre des Affaires étrangères de l’URSS, Viatcheslav Molotov donc, et celui du IIIe Reich, Joachim von Ribbentrop – véritable trahison des soviétiques contre les alliés ? (Jusqu’à ce que Hitler décide d’attaquer l’URSS bien sûr lors de l’opération Barbarossa.)
 
Quand est-ce que les gens vont comprendre que tout n’était pas « blanc et noir », « gentils résistants contre méchants collabos » dans cette complexe Deuxième Guerre Mondiale, et que surtout les résistants et les collabos n’étaient pas ceux que l’on croit aujourd’hui ?!
Et que ce n’est pas ce qu’on apprend à l’école de la République, dans nos manuels scolaires, ou à la télé, qui est la vérité 🙂
A quand donc la vérité sur cette guerre et les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire…
 
 

9 commentaires:

  1. Nous le savons bien ma Jo, la mite errante a su œuvrer pour échapper à ses engagements vis à vis de Vichy puisqu'il a porté la francisque ! Et De Gaulle qui avait analysé le personnage, l'a toujours combattu. Mitterrand a sabré toutes les valeurs de la gauche, et en 1981, il a instauré la gauche BOBO.
    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  2. maintenant je sais pourquoi je ne l'aimais pas!

    RépondreSupprimer
  3. Il est nous est difficile de comprendre cette époque. Ainsi Touvier chef de la Milice à Lyon, condamné à mort par coutumace à la Libération, s'est caché dans des abbayes dont celle de Solesmes. Il a été protégé par des membres du clergé catholique. Et il a été gracié par Pompidou pour être finalement jugé à nouveau. Olivier

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais, de tous temps, l'extrême droite a toujours vu à sa tête des transfuges de la gauche.
    Les moins recommandables des leaders des mouvements fascistes comme Déat et Doriot sont sortis des rangs socialistes et communistes.

    RépondreSupprimer
  5. Qu'aurions-nous fait nous mêmes à cette époque ! C'est facile de juger quand on est en temps de paix. N'oublions pas que Pétain, le vainqueur de Verdun était adulé par les foules, encore acclamé juste avant la libération de Paris..
    Mitterrand, je l'aimais bien. C'était quelqu'un de simple. Si, si, la preuve, il allait se ressourcer dans un hôtel tout simple du Morvan, sans chichi. D'accord, c'était une bête de la politique, comme ils le sont tous. Suffit de se rappeler un passé récent, le lynchage d'un homme pour prendre sa place. Et c'est un jeune loup qui a remporté la palme...au grand désespoir des retraités qui vont aller manifester aujourd'hui contre l'augmentation de la CSG. Ce jeunot n'aime pas les vieux.
    Sur ce, bises...me demande si je ne vais pas partir à la recherche d'un autre logement.

    RépondreSupprimer
  6. J'avais 17 ans lorsque je suis partie en voyage d'étude en Allemagne de l'Est. Nous étions 30 jeunes et ce que nous avons découvert, sur les régimes communistes et socialistes étaient impossible à accepter pour nous qui vivions en pleine liberté! Nous nous sommes promis de ne jamais voter pour les partis cités. Je crois que nous avons tenu parole.
    Je ne veux pas juger les effets des lâches de la guerre... Souvenons-nous que des courageux et des braves! Que la paix reste dans notre pays très déchiré par toutes sortes de mauvaises tendances !

    RépondreSupprimer
  7. Si j'avais été adulte à cette époque, aurais-je été pétainiste ou gaulliste ? ou sans opinion comme la plupart des Français de l'époque ?
    Je n'aimais pas Mitterand, socialiste par accident ou plutôt par opportunité, ayant commencé sa carrière à l'extrême droite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et notre président, Gwen, il est quoi ? Il tourne comme une girouette. Il a fait partie d'un gouvernement socialiste, est allé à la pêche cueillir des poissons de droite, a mis la main sur des girouettes centristes, comme le Bayrou...Vraiment, qui peut dire de quel bord il aurait été en temps de guerre (le Il étant Nous tous). Ma mère avait 13 ans au moment de la déclaration de guerre. Je suis sûre qu'elle ne savait pas du tout qui était Pétain, encore moins De Gaulle.

      Supprimer
  8. Mes parents tenaient un café-épicerie et j'entendais les clients parler librement, si bien que je savaid parfaitement situer les personnages (et nous écoutions la BBC chaque soir, malgré le brouillage qui brouillait tout ou presque. Pétain gardait son prestige de vainqueur de Verdun.
    Nous attendons d'autres mises au point de ta part, toi qui sais si bien mettre les pieds dans le plat et énoncer des vérités qui dérangent !
    A bientôt ? je suis impatientr

    RépondreSupprimer

Les trolls seront poubellisés immédiatement